dimanche 24 août 2014

La pollution, un ennemi...


Pendant mes vacances, je suis partie 3 semaines loin de la région parisienne, loin de tout, au bord d'un lac entourée d'arbre et de verdure. La pollution y est donc moins importante qu'ici.
Et j'ai été surprise de voir à quel point la pollution jouait sur beaucoup au niveau de ma peau, de mes cheveux et de ma condition physique.

La peau :
Avant de devenir végétalienne, j'avais vraiment énormément de boutons, la peau grasse et un teint brouillon. Depuis, ce n'est pas encore parfait, mais il est vrai que j'ai nettement moins de soucis de peau, les boutons sont plus discret, ma peau n'est plus grasse du tout et mon teint est de mieux en mieux. Mais j'ai encore et toujours des petits boutons qui persistes (surtout à l'approche de mon cycle).
Pendant mes vacances, je n'ai absolument pas pris soin de ma peau, ni lavage, ni protection, ni crème, rien. Pourtant, dès la première semaine j'ai constaté une disparition presque totale de mes boutons, mon teint n'avait jamais été aussi frais, et ma peau n’était absolument pas grasse (pourtant je ne me lavais pas le visage). J'ai été vraiment surprise d'un tel changement, j'ai pensé que ceci était du à mon alimentation (peut être un effet à retardement) mais non, car j'ai mangé végétarien durant mes vacances, et aucun bouton à l'horizon (bon d'accord, un ou deux tout de même, je ne supporte plus trop le fromage...). Même mes proches on remarqué que les boutons se faisaient rares, chose qui ne m'arrive jamais.
Depuis, je suis revenu en région parisienne, et les boutons n'on pas mit longtemps à revenir, tout juste 5 jours, ma peau est grasse à souhait et mon teint redevient terne avec des rougeurs...

Les cheveux :
Les cheveux en eux même je n'ai pas remarqué grand chose, c'est surtout au niveau du cuir chevelu que la transformation à été juste incroyable. J'ai d'ordinaire les cheveux très gras, ils regraissent des le lendemain du shampoing et je tiens difficilement plus de 3 jours sans shampoing secs, et malgré ça je ne tient pas plus d'une semaine entre deux shampoings. Je suis comme ça depuis toujours, et rien n'y fait, je n'arrive pas à espacer plus les shampoings.
Mais durant mes vacances, je n'ai pas une seule fois utilisé de shampoing sec (heureusement d'ailleurs, je n'en avais pas emmené!) et malgré ça, je tenais facilement une semaine sans que mes cheveux ne regraisse de trop, ce n'est qu'au bout du 7ème jour que mes cheveux commençaient à faire un peu plats et que je décidais donc de les laver. J'aurai pu tenir plus longtemps avec un peu de shampoing sec si j'en avais eu.
De retour en région parisienne, mes cheveux regraisse dès le lendemain du shampoing comme d'habitude et rien n'y change...

Condition physique :
Ceci n'a pas tellement avoir avec le blog, mais je tenais à en parler quand même.
Je suis asthmatique à l'effort et à l'anxiété depuis toujours, des que je cours un peu ou je suis dans une situation stressante, j'ai des difficultés à respirer, et parfois cela dégénère rapidement. Je ne fais donc que très rarement de la course, car je ne tiens pas 2 mins sans devenir rouge comme une tomate et sans perdre mon souffle.
Mais encore une fois, en vacances, j'ai vue un nette diminution de mon asthme. Je ne dis pas que je n’étais plus du tout asthmatique, mais j'ai pu de nouveau courir un petit peu sans m’écrouler par terre et je pouvais grimper des côtes sans trop de difficultés respiratoires.

Ses vacances m'on permit de me rendre d'une chose, les problèmes dont j'ai parlé ci-dessus, que cela soit de la peau, des cheveux, ou de mon état de santé général, ne sont pas du uniquement à mon alimentation, ni à ma routine, ni même à ma génétique, mais surement à ma situation géographique qui ne me conviens pas...


La pollution joue donc un rôle très important sur nous, et bien évidement, ce n'est pas quelque chose de positif, bien au contraire...